C’est toi qui décides de ce dont tu as envie ou pas. À toi de choisir ton/ta partenaire. De refuser d’avoir des relations sexuelles non protégées. De dire « non » quand ce qu’on te propose ne te plaît pas. Bref, d’avoir la maîtrise de ton corps.

Savoir refuser

Tu es amoureux/se et tu ne te sens pas prêt-e à faire l’amour ? Dis-le. Ton/ta partenaire sexuel-le veut t’imposer une pratique dont tu n’as pas envie ?

N’hésite pas à refuser.
C’est toi qui choisis quand tu es prêt/e à avoir des relations sexuelles, tu choisis avec qui et tu choisis avec cette personne ce que vous faites au lit. C’est ton droit le plus strict.
On peut en parler, moins pour se convaincre que pour se comprendre. Ça ne vaut pas le coup de se forcer à avoir des relations sexuelles. On recherche avant tout un plaisir partagé. Ce n’est pas un dû envers ton/ta partenaire.

Ne pas s’oublier

Il arrive que le/la partenaire ait du mal à accepter le refus. Et qu’il/elle ait recours au chantage affectif : « si tu m’aimais… ». Ce n’est pas forcément mal intentionné. Cela dit, la question n’est pas là. Quand on aime, on n’est pas obligé de s’oublier soi-même. On existe à deux dans une relation. Et les deux désirs doivent pouvoir s’exprimer.

En cas d’abus : en parler

Une main aux fesses. Des remarques ou des sous-entendus obscènes. Du harcèlement par téléphone. Une agression sexuelle. C’est difficile d’en parler. On a souvent honte. On se sent seul-e avec son secret. N’oublie pas : tu n’es pas responsable, tu es la victime.  
Si quelqu’un abuse de toi ou tente de le faire : il y a des solutions. Surtout, ne le garde pas pour toi. Parles-en. Essaie de t’adresser à quelqu’un en qui tu as confiance : tes parents, l’infirmière scolaire, un médecin, etc. Tu peux également contacter Fil Santé Jeune au 0800 235 236 (appel gratuit). Sache aussi que certains de ces abus sont punis par la loi et que tu peux porter plainte.

 

Article mis à jour le : 04/2016

Envoyer Imprimer

Laisse ton commentaire

1 commentaire

05/12/2017 18:15

joset95

Mr Nicolas
Peux être vous faites votre travail dans ce site parce que vous êtes payer pour cela.C'est normal tout travail mérite salaire.Mais je ne suis pas d’accord avec ce site parce que on insiste nos jeunes ados comme ma fille qui ce justifie en pensant que ce site est utile est c'est approuvé par le ministère de l'éducation.On enseigne à nos enfants que leur corps les appartient mais cela ne veux pas dire que l'on fait ce que l'on veut avec notre corps.C'est vrai en tant que parent le corps de ma fille n'est pas ma propriété mais j'ai la responsabilité dans l'éducation de lui donner "les outils" nécessaires pour devenir adulte et responsable pour le bien de la société .
Tous les désirs sexuels que "s"exprime" ce sîte ne sont pas mauvais en soi car moi je ne reconnais qui il y a du plaisir mais c'est à l'âge de 36 ans que j'ai découvert ces plaisirs.Bien sûr vous allez me dire que c’est vieux pour 36 ans, je vous l'accorde mais ce que je veux souligner c'est la maturité d'un adulte qui est capable de gérer sa sexualité pour son bien être, car la sexualité tous le monde le sait cela fait partie ce la vie.Ce que je reproche c'est que nos ados ont des fantasmes et des désirs et c'est normal mais comme disait le roi Salomon (personnage biblique de l'ancien testament) "ne réveiller par l'amour avant l'heure"et je trouve que votre site in"site" avant l'heure

Répondre Écrire un commentaire

Nicolas d'

M. Joset95,
Les adolescents arrivant sur ce site ont déjà la tête plein d'idées, d'images et de clichés sur la sexualité qu'ils ont vu ailleurs. Ils sont également souvent plein d'hormones qui transforment leur corps et leur comportement (peut-être le cas de votre fille ?). Ils cherchent des réponses à leurs questions. Regardez les commentaires. Aucun n'y tombe par hasard.
OnSexprime.fr les incite, au bon moment, à réfléchir à leur comportement, à leurs réelles envies (et non celle des autres), à se protéger, à être patient, à connaître leur corps et à en prendre soin, et à questionner les injonctions sociales qui pourraient les faire souffir.
En outre, le roi Salomon connaissait-il l'heure et la date de réveil de l'amour ?

Écrire un commentaire