L’orientation affective et sexuelle, c’est le désir affectif et sexuel, l’attirance pour des personnes du même sexe que soi (homosexualité ), du sexe opposé  (hétérosexualité ) ou pour les deux sexes (bisexualité ). Pour certain-e-s, cette préférence est tout de suite très affirmée. Elle s’impose comme une évidence. Pour d’autres, elle est moins immédiate, plus changeante.

Les questionnements de l’adolescence

On se connaît depuis la maternelle, on a toujours été ami-e-s. Tout d’un coup, on est attiré-e-s l’un-e par l’autre. Il nous est même arrivé de nous embrasser, de nous caresser. Est-ce que ça veut dire qu’on est homosexuel-le -s ? Peut-être. Peut-être pas.
À l’adolescence, notre vie affective et sexuelle subit de profonds bouleversements. C’est une période d’évolution très intense, où l’on ne comprend pas forcement toujours et très bien ce qui se passe en nous. Une attirance soudaine pour quelqu’un du même sexe, c’est peut-être une « étape » de cette évolution. Elle peut correspondre à une réelle préférence homosexuelle, à une orientation affective et sexuelle. Ou au contraire, c’est une attirance temporaire, et on passe à autre chose. 

Nos préférences peuvent évoluer

On ne se déclare pas un beau matin homosexuel-le ou hétérosexuel-le. Ce n’est pas un choix qu’on fait. Cette orientation se construit en nous, sans que nous en ayons forcément conscience. Elle finit par s’imposer à nous. Alors, pas de culpabilité. Et puis, une orientation affective et sexuelle, ça peut évoluer. On n’est pas enfermé-e-s toute sa vie dans une case « homo  », « hétéro  » ou « bi  ». Il arrive que des personnes hétéros, mariées, qui ont des enfants, changent d’orientation sexuelle , à 40 ou 50 ans. Et vice versa.

Suis-je normal- e ?

Beaucoup de personnes qui sentent en elles une attirance pour le même sexe ou pour les deux sexes à la fois se posent la question : est-ce que je suis normal-e ?
On est élevé dans une société où quand on parle ou qu’on montre un couple, il s’agit d’un couple hétérosexuel. Du coup, la publicité, les films, nos repères familiaux et historiques, nous donnent l’impression qu’être normal-e, c’est forcement être hétéro . D’ailleurs, on part toujours du principe que les autres sont hétéros : quand Tata Martine te demande si t’as un copain ou une copine, c’est toujours à quelqu’un de l’autre sexe qu’elle pense !

Alors quand on est homosexuel-le ou bisexuel-le, et qu’on ne rentre pas dans la case, on peut se sentir en décalage et en souffrir.
Il existe des lieux d’écoute où on peut en parler comme la Ligne Azur, par exemple qui permet de bénéficier d’une aide à distance anonyme et gratuite. Tu peux l’appeler au 0 810 20 30 40, 7 j/7 de 8 h à 23 h. ou aller sur le site de l’association.

Article mis à jour le : 04/2016

Envoyer Imprimer

Laisse ton commentaire

35 commentaires

06/01/2017 12:41

Soledad

Bonjour,
bon article! par contre je rejoins d'autres commentaires, il faudrait parler des autres orientations sexuelles et de l'asexualité qui de plus ne sont quasiment jamais mentionnées ou que ce soit.

Répondre Écrire un commentaire

21/10/2016 11:54

EX HETERO

Bonjour,
Vous écrivez: "Il arrive que des personnes hétéros, mariées, qui ont des enfants, changent d’orientation sexuelle , à 40 ou 50 ans."
Je fais partie des personnes qui sont en couple gay après avoir été marié en couple hétéro avec des enfants, et, très souvent, nous n'avons pas l'impression d'avoir "changé d'orientation sexuelle". nous assumons, enfin, des désirs refoulés. De nombreux indices, souvenirs, nous font penser que nous avons toujours eu ces envies, cette attirance, ce besoin d'aimer une personne du même sexe.
Merci de me publier,
Cyrille

Répondre Écrire un commentaire

Nicolas d'

Merci pour ce témoignage ;)

Écrire un commentaire

03/10/2016 18:49

alex

Bonjour, en tant que pansexuel et androgyne, il est vrai que je suis un petit peu attristé de ne voir apparaitre nul-part dans l'article d'autres types de sexualités, ou au moins un lien vers un site sérieux en parlant. La communauté LGBT+ est très ouverte et très à l'écoute, et, personnellement, c'est grâce aux informations trouvé sur des sites LGBT+ que je me suis épanouis sexuellement et que je m'assume aujourd'hui :)

Répondre Écrire un commentaire

Nicolas d'

Nous vous remercions d'apporter ces précisions. Nous tiendrons compte de votre commentaire lors de la prochaine mise à jour de cet article.

Écrire un commentaire

28/05/2016 09:29

kikoo

salut je veux discuté de sexualité je suis lesbienne et je veux trouver l'amour

Répondre Écrire un commentaire

rania

Salut Kikoo je suis aussi lesbienne de 16 ans pas trop belle mais moi aussi je cherche une relation d'amour

Écrire un commentaire

Nicolas d'

OnSexprime n'est pas un site de rencontre ;)

Écrire un commentaire

16/09/2015 18:10

Hell'ena

Il existe plein d'autres orientations sexuelles, moins représentées, mais existantes et valides tout de même.
Asexuel-le, pansexuel-le, demisexuel-le, etc.

Répondre Écrire un commentaire

Alexandria Woods

Parfaitement !!
Pansexuel, skoliosexuel...
En revanche, pour ma part, j'associe plus l'asexualité et la demisexualité au spectre de l'attirance sexuel, car ce ne sont pas des orientations sexuelles ou amoureuses, plus des façons de les ressentir.

Écrire un commentaire

21/06/2015 21:18

Nicolas d'

@ Lulu : tu es en pleine réflexion sur plein de choses et c'est normal ;)
Chacun avance, réagit et réfléchit à son rythme. Pour certains c'est plus évident que pour d'autres. La pression que tu ressens de la part de tes camarades est logique puisqu'ils se posent les mêmes questions et cherchent comme toi des réponses, des repères et des limites.
Si tu souhaites en discuter plus en détails, n'hésite pas appeler le Fil Santé Jeunes au 0800 235 236 (anonyme et gratuit) ou depuis un portable 0144933074, tous les jours de 9h à 23h.

Répondre Écrire un commentaire