Pauline

La caméra se déplace sur un mur de photos.
Pauline :
C'est un petit village. Mais vraiment petit.
Tout le monde connaît tout le monde. J'aimais bien ça.
T'étais jamais seule.
Ma vie, c'était mes parents, mon frère et ceux avec qui je jouais le soir après l'école.
On voit une main caresser un chat.
Pauline :
Quand j'étais petite, je croyais que c'était le paradis.
On était libres, lâchés dans la nature.
La caméra se déplace. On voit le dos d'une jeune fille. Elle se retourne rapidement.
Pauline
La caméra se déplace en traveling latéral. En partant des pieds de la jeune fille jusqu'à son visage.
Pauline :
À quinze ans, j'ai commencé à me sentir enfermée un peu.
À l'étroit.
Je sentais un truc dans mon ventre qui grandissait. Un peu comme une envie de vomir.
Je suis sortie avec un mec : Aurélien, mon meilleur ami.
On prenait des bains ensemble petits, alors ça me semblait normal.
Naturel. Je l'aimais bien.
Je me disais que ces choses bizarres en moi disparaîtraient avec lui.
On a couché ensemble.
J'ai pas trop aimé ça.
Je me disais que c'était normal la première fois.
Et puis, on parlait beaucoup.
Alors, je lui ai dit que j'étais troublée par des filles.
Surtout par une fille, en fait.
Et lui, il était super compréhensif.
Il me poussait à aller au bout de ce désir -là.
Au début, ça m'a fait du bien qu'il l'accepte.
J'ai compris qu'il voyait surtout l'occas' d'un plan à trois.
Si j'avais couché avec elle seule, il aurait trouvé ça dégueulasse.
Donc, je l'ai quitté.
Il a commencé à raconter à tout le monde que j'étais bizarre et que j'étais gouine .
Et puis, un jour, c'était l'été, on faisait une pièce de théâtre avec la troupe du lycée.
Pauline sourit.
J'étais la plus forte, j'avais le premier rôle.
Je jouais un garçon, j'avais coupé mes cheveux très courts.
Ma mère m'avait fait un super costume.
Un uniforme avec une cape.
Et quand j'entre en scène, j'entends...
J'entends la voix d'un type, un ami de mon père.
Alors, je le regarde.
Il se lève, s'attrape l'entrejambe et dit que quand j'y aurai goûté, ça changera tout.
Qu'il fallait tomber sur le bon et toutes ces conneries.
Même pas original. Tout le monde a ri.
Tout le monde.
Tous ces gens avec qui j'avais grandi.
Mes profs, mes amis... mon frère...
 
J'ai regardé mes parents, ils étaient assis au premier rang.
Ils rigolaient pas, ça non, mais... Ils sont restés silencieux.
Ils ont regardé tout le monde se foutre de ma gueule.
Ils sont restés assis comme à un spectacle, sans rien dire.
Le pire, c'est que je les ai même pas détestés.
Je me suis détestée moi d'être comme ça.
Après ça, tout le monde se taisait.
Mes parents m'en parlaient pas.
Mais je sentais dans la rue qu'on me regardait.
On se moquait dans mon dos.
J'étais toute seule.
Enfin, non, y a...
Y a une fille qui est venue vers moi.
Celle qui me plaisait.
On traînait pendant des heures dans ma chambre.
Elle me prenait la main. Elle m'allumait.
On buvait jusqu'à s'endormir.
 
Je voyais ses yeux qui brillaient quand elle me regardait.
 
C'était ça qui me faisait tenir.
Je me disais que c'était possible.
 
Alors, un jour, j'ai essayé de l'embrasser.
Et elle m'a repoussée.
Comme si...
Comme si c'était dégueulasse.
Comme si elle y avait pas pensé.
 
Aujourd’hui je sais qu'elle avait peur mais à l’époque elle riait très fort.
Comme si c'était ridicule.
 
Elle aussi, elle l'a raconté à tout le monde.
 
Après ça, mes parents avaient vraiment honte.
Je le sentais.
Alors, je suis partie.
 
J'ai senti qu'ils étaient tristes mais aussi un peu soulagés.
 
Enfin, je sais pas.
Je les ai pas revus depuis.
Ça fait trois ans.
On s'appelle, on se dit des banalités.
Ils posent pas de questions. Surtout pas.
 
Parce qu'ils ont peur des réponses.
 
Mais maintenant, je suis bien ici.
J'arrive pas encore à dire que c'est chez moi mais...
Chez moi, c'est toujours là-bas.
Pauline détourne son regard. Elle sourit.
Mais peut-être que ça va changer, maintenant.
Maintenant que t'es là.
Quelqu'un s'approche et lui caresse le visage. Les deux filles se prennent la main.
La seconde fille se blottit contre l'épaule de Pauline.

Retour à la page précédente